Nom : Email : Subject :

Calendar

2013/06/28

28/06/2013  Rennes @ Le Liberté  

Show #46

Tour: Privateering  - Europe (April to late July 2013)

Venue: Le Liberté  [ Website ]

Address: 11 Boulevard de la Liberté, 35000 Rennes

Locate it:   [ See map ]  [ Street view ]

Capacity: 5200 persons   [ Seating map ]

2013/06/28
Notice: Undefined index: iduser in /flex/storage/local-hero.org/site/www/php/ontour2/voirinfoconcert.php on line 72

Setlist

(The titles in blue show the differences with the previous setlist)

Opening part
Ruth Moody

01. What It Is
02. Corned Beef City
03. Cleaning My Gun
04. Privateering
05. Father And Son
06. Hill Farmer's Blues
07. Seattle
08. Kingdom of Gold
09. I Used to Could
10. Romeo and Juliet
11. Song for Sonny Liston
12. Postcards from Paraguay
13. Marbletown
14. Speedway at Nazareth
15. Telegraph Road

Encores
16. Gator Blood
17. So Far Away


Lineup

Mark Knopfler (Guitars / Vocals)
Guy Fletcher (Keyboards / Guitars / Vocals)   [ Guy's diary ]
Richard Bennett (Guitars)   [ Richard's diary ]
Glenn Worf (Bass)
Ian Thomas (Drums)
Jim Cox (Piano / Organ / Accordion)
John McCusker (Fiddle / Cithern / Whistle)
Michael McGoldrick (Flute / Whistle / Pipes)

Recordings 1

Official recording : USB stick collector version via markknopfler.com


Shop

Links 4


Submit a link

Who was there ? 6

Franck59  
14/05/2015
Ladynoe Yoli  
07/08/2013
Elian Poupard  
01/05/2013
Ar Naud  
25/04/2013
Une date à la maison!
laurent patry  
22/04/2013
1er concert de Mark à Rennes si je ne me trompe pas... Ca va être sympa !
David Perbal  
10/04/2013
2ème concert. C'est le plus près de Nantes :D

Reviews 2

Franck59  
le 14/05/2015
Super concert!!! Quel plaisir de revoir MK sur scène après 21 ans d'attente. La dernière fois c'était le 27 avril 1992 à Bercy. C'était le temps de Dire Straits... Vivement le 03 juin au Zénith de Paris pour le "Tracker Tour"!!!
Ar Naud  
le 30/06/2013
Il se fait plutôt rare et en particulier dans l’ouest de la France, aussi il m’était simplement inconcevable de manquer ce concert joué à guichets fermés si près de chez moi. Eh oui, Mark Knopfler à domicile (Qui ça ? Ben … le leader de Dire Straits, tu sais bien quand même ?! – Aaaah ouiii ! – entendu dans mon entourage, comme quoi son nom est encore et sera toujours lié à Dire Straits, évoqué hors contexte il passe inaperçu), ça ne se refuse pas. Mark Knopfler, Rennes (Le Liberté) , Vendredi 28 Juin. C’était écrit sur son site web dès la parution des dates de tournée. A peine croyable, leur tout premier concert ici à Rennes, à la maison. Prévoyant, j’arrive assez tôt afin pour pouvoir me placer judicieusement dans la salle. Bref, je n’étais pas le seul à attendre l’ouverture des portes, trois longues queues s’étant déjà formées sur le parvis et dans les quelles les discussions allaient bon train. Nombreux sont les parents accompagnés de leurs enfants, histoire de monter que la musique à papa elle est pas si mal que ça. L’occasion de rencontrer des fans très fidèles vu leur palmarès en matière de concerts. L’un d’entre eux sera même interviewé par la presse locale. Ouverture des portes, nous rentrons très rapidement après une fouille toute symbolique. Direction les gradins, sur la gauche, pile dans l’axe de Guy Fletcher, fidèle claviériste de l’époque Dire Straits. La salle se remplit gentiment et il ne restera pas une seule place. Sold out on a dit. En guise d’entrée, la très charmante Ruth Moody apparaît sur la scène, accompagnée de ses talentueux musiciens. Présentée par le manager himself (veste orange), elle interprète avec brio quelques titres de son album, très heureuse d’être en France, pays dont elle garde d’excellents souvenirs de son enfance, en français dans le texte s’il vous plait. Un set folk et intimiste, sans batterie, avec un son divin. La sono poussée juste ce qu’il faut, l’impression d’écouter la chaîne-hifi à la maison. Après 45 min de set, place à l’entracte avant l’arrivée du Maestro. Retour du manager himself (veste Union Jack) pour une annonce très enthousiaste de la suite des festivités. Roulements de tambour, voici What it Is afin de chauffer l’ambiance. Ca enchaîne très vite sur Corned Beef City sur laquelle Jim Cox donne un aperçu de son immense talent . Surprise, les premières notes de Cleaning My Gun. J’ose y croire, ce titre est rarement joué. Nickel, ça s’appelle un gros coup de bol. Ca commence à bien prendre mais Knopfler n’a pas l’air très satisfait. Les doigts engoudis ? Un son de guitare pas génial ? Arrive le titre de son dernier et double opus éponyme, Privateering. Superbe interprétation live, rien à dire, MK plaisantant même avec “Richie”, son fidèle guitariste rythmique avant de démarrer ce titre. Place à une intro bien calme au son des instruments traditionnels celtiques, Knopfler à la telecaster. Ca y est ça sonne bien sur Hill Farmer’s Blues, un bon solo de fin qui met tout le monde d’accord. Ruth Moody revient sur deux titres, magnifiquement réarrangés pour le live. A mon avis elle devrait chanter sur davantage de titres, elle le mérite amplement. Sur quasiment chaque titre, Knopfler changera de guitare, toutes plus belles les unes que les autres. Place à quelques incontournables, dont Romeo And Juliet, superbement jouée. Le final de Speedway At Nazareth enverra du carbu un peu plus tard. Cerise sur le gâteau, l’indémodable Telegraph Road terminera en apothéose avec superbe solo de derrière les fagots. Le temps passe et ce sont déjà les rappels. A ma grande surprise, ce sera Gator Bood, Knopfler tout seul au départ puis accompagné de son band. Et l’inévitable So Far Away. Un concert riche en temps forts. Knopfler accorde une grande place à ses titres solo, les réarrangeant à l’occasion. Les tournées s’enchaînent, les années passent et la magie opère toujours. Ce concert rassemble plusieurs générations, ce qui est un très on signe. Mark Knopfler a la grande classe, tout comme ses musiciens. Tout petits bémols, parce qu’il en faut, l’absence de Sultans of Swing et un son parfois trop nasillard et une absence de mediums. Ceci ne gâche en rien sa prestation bien évidemment. Un grand merci à MK, son band et leur incroyable équipe technique d’être passé par ici et un grand merci au père-noël qui avait vu très juste en plaçant un billet dans mon petit soulier. Vivement la prochaine tournée !